Fécondation in vitro : des hormones à risques ?

Hormones fabriquées dans les " pots de chambres " contre hormones fabriquées dans les éprouvettes: la guerre est-elle justifiée? Certaines sont-elles plus dangereuses que d'autres ?

Aucun de ces médicaments ne peut être qualifiés de " sans risque "... Même si les médecins prescrivent désormais une hormone labellisée " sans danger ". En réalité, cette dernière, appelée FSH recombinante, est fabriquée par des cellules d'ovaires de hamster chinois cultivées in vitro. Elles ont reçu le gène codant pour la FSH humaine, et produisent donc cette hormone dans un milieu de culture. Rien ne prouve qu'il n'existe pas de risque de contamination animale. Mais la forte concurrence entre les deux firmes pharmaceutiques qui produisent ces hormones de synthèse d'une part, et des enjeux financiers énormes d'autre part, ont stimulé des études médicales, généreusement aidées par ces industriels, afin de tenter de démontrer l'avantage thérapeutique sur les hormones d'antan.

Pendant environ trente ans, les hormones extraites d'urines de femmes ménopausées ont été très largement utilisées. Y a-t-il eu des problèmes?

Pour l'instant, nul ne peut le dire. Qui sait si un virus ou un agent infectieux, comme le prion par exemple qui se manifeste comme une bombe à retardement après plusieurs années, n'a pas contaminé certains produits? Pour l'instant, en trente ans, aucun incident de ce genre n'est survenu. Avec les nouveaux médicaments, personne ne veut suspecter les cellules de hamster ou l'albumine bovine qui les nourrit en culture de véhiculer des maladies. Mais le risque est similaire.

Les chances de succès des fécondations in vitro sont-elles réellement améliorées, comme certains le prétendent, avec ces médicaments produits par génie génétique?

Absolument pas. Beaucoup de partisans de ces hormones assurent qu'on obtient ainsi 4% de grossesses supplémentaires par tentative de FIV. Cela n'est pas démontré. En revanche, ce qui est sûr, c'est que ces médicaments produits par génie génétique coûtent trois fois plus cher. A 250 francs l'ampoule, certaines ordonnances grimpent rapidement à plus de 10 000 francs! En France, la Sécurité Sociale rembourse sans sourciller. Mais dans les pays où les FIV ne sont pas prises en charge, on continue d'utiliser les hormones extraites d'urines humaines.

Pourquoi quelques spécialistes de la fécondation in vitro se mettent-ils à tirer la sonnette d'alarme à propos des hormones fabriquées à partir d'urines humaines alors qu'ils les ont utilisées pendant des années sans piper mot?

Les enjeux financiers sont énormes, et les laboratoires pharmaceutiques les font peut-être monter au créneau. Mais ce qui est extraordinairement hypocrite, c'est que ces médecins continuent de prescrire une autre hormone, l'hCG, extraite d'urines humaines, afin de déclencher l'ovulation 37 à 40 heures avant une FIV ou une insémination. Pour cette hormone: silence radio.
Dans quelques mois, les laboratoires vont produire par génie génétique une hormone similaire, mais vraisemblablement beaucoup plus chère. Et là, nous entendrons certainement quelques voix s'élever pour dénoncer les dangers des " anciens " médicaments déclencheurs de l'ovulation, utilisés en toute quiétude encore la veille !

×