L'eau : un patrimoine mondial, une ressource commune

Si notre planète est appelée "La planète bleue", c'est qu'elle est recouverte à 70 % d'eau. Celle-ci est en majorité salée. Les ressources en eau douce ne représentent que 3 % de l'ensemble de l'eau et si l'on exclut l'eau des glaciers ou celle qui est profondément enfouie sous terre, seul 1 % de l'eau de la planète est en fait disponible pour l'homme. Ces ressources se répartissent de façon très inégale selon les régions du globe, et leur accès n'est absolument pas équitable. Les régions tropicales sont particulièrement pauvre en eau. Dans certaines régions d'Afrique, il faut parfois parcourir plusieurs dizaines de kilomètres par jour pour s'approvisionner en eau. L'eau salée permet en permanence de produire de l'eau douce par une série de réactions physico-chimiques appelées le cycle de l'eau : l'eau s'évapore des océans, s'élève dans les airs sous forme de vapeur. En se condensant, elle forme des nuages que le vent déplace au-dessus des continents. En se transformant en pluie, neige, grêle, rosée ou gelée qui tombe sur le sol, ces nuages fournissent ainsi l'eau douce. Le cycle de l'eau est complet lorsque cette eau retourne aux océans par l'intermédiaire des cours d'eau.

L'homme ne peut vivre, ni même survivre sans eau. Elle représente entre 50 et 70 % du poids du corps. Ce pourcentage dépend de l'organe (10 % dans les dents et 80 % dans le cerveau), et du sexe : le corps de l'homme en contient 60 % et celui de la femme, seulement 55 %, car il est plus riche en graisses et moins riche en muscles qui contiennent beaucoup d'eau. L'eau n'est pas figée en nous et nous la renouvelons en permanence. Contrairement aux aliments que nous pouvons stocker, il est nécessaire de consommer de l'eau tous les jours pour compenser les pertes : environ deux litres et demi d'eau essentiellement sous forme d'urine (1 l), mais aussi par la transpiration (0,5 à 1 l selon la saison), les selles (0,1 à 0,2 l) et la respiration. Les aliments nous apportent environ 1 litre d'eau. La quantité minimale à boire est donc de 1,5 l. Lorsque notre corps a besoin d'eau, nous en sommes averti par réflexe : la soif ! 10 % seulement de pertes en eau entraînent des hallucinations. A 15 %, c'est la mort. Boire est donc un acte quotidien fondamental, plus encore que manger. L'eau est également essentielle pour une bonne hygiène. Elle nous permet de nous laver et de rester propre, et nous protège ainsi contre certaines maladies infectieuses.

×