Accueil

bronchiolite chez l'adulte

Facteurs de risque

La bronchiolite est due à un virus appelé VRS (Virus respiratoire syncitial).
Elle est très contagieuse et se propage de façon épidémique de mi-novembre à mi-janvier. La contamination se fait par l'écoulement nasal et la projection de gouttelettes au moment de la toux . Les enfants les plus exposés à la maladie sont ceux qui vont à la crèche.
Manifestations

La bronchiolite débute comme un rhume banal : le nez coule et l'enfant a une petite fièvre (environ 38 °C). En moins de 48 heures, l'enfant se met à tousser. Il s'agit d'une toux sèche pouvant devenir grasse par la suite.
Mais le signe réellement caractéristique est le "weezing". C'est un sifflement respiratoire différent d'un ronflement du nez et qu'on peut même parfois entendre sans stétoscope.
Traitement et évolution

Pour réduire l'encombrement des bronches, il faut veiller à bien hydrater l'enfant en lui donnant souvent à boire de petites quantités de liquide. Cela permet de fluidifier les mucosités et d'en faciliter ainsi l'élimination. Autres mesures à prendre : éviter que la température de la chambre de l'enfant dépasse 19 °C, et éliminer les sécrétions du nez à l'aide d'un mouche bébé et de sérum physiologique.
Evidemment, tout environnement tabagique est à proscrire.
Enfin, mieux vaut fractionner les repas et ne pas trop serrer les habits pour éviter les vomissements . Pendant toute la durée de la maladie, l'enfant doit rester à la maison.

Le traitement médicamenteux dépend de chaque cas...
Les sprays à base de b2 mimétiques, type ventoline, ont pour but de dilater les bronches et soulagent ainsi immédiatement les difficultés respiratoires. Votre médecin fera un test dans son cabinet pour juger de leur efficacité sur votre enfant.
Dans les cas extrêmes de grosse inflammation des bronches, des médicaments anti-inflammatoires à base de corticoïdes sont parfois prescrits.
Enfin, les fluidifiants et mucorégulateurs n'ont pas prouvé leur efficacité de façon indiscutable. Ils ont néanmoins le mérite de ne pas bloquer le réflexe de toux, indispensable à l'évacuation des sécrétions.
Les antibiotiques (non efficaces sur les virus) sont inutiles au cours d'une bronchiolite classique sans complications. En revanche, devant une fièvre élevée pendant plusieurs jours, ce qui est le signe d'une surinfection bactérienne, ils sont indispensables.
Après les premiers symptômes, la toux s'accentue et devient grasse. Si on ne l'enraye pas, une surinfection bactérienne peut se développer, entraînant une hypersécrétion purulente, et pouvant fortement gêner la respiration de l'enfant. La kinésithérapie respiratoire a pour but de drainer les sécrétions des bronches. Cette technique constitue une aide vraiment efficace pour soulager l'enfant.
Prévention

La bronchiolite est extrêmement contagieuse. Malheureusement, il n'existe pas de vaccin. Il est donc indispensable de privilégier la prévention.
Les principales mesures sont basées sur l'hygiène. La transmission du virus de la bronchiolite se fait par contact des mains, la salive, les sécrétions nasales, et même les vêtements, où le virus survit pendant 6 heures. En période épidémique, il faut donc veiller à bien se laver les mains, à limiter les contacts de votre enfant avec les autres enfants. Votre médecin vous conseillera, dans la mesure du possible, de sortir votre enfant de la crèche pendant un certain temps.

 

×